Les syndicalistes pour une fermeture européen solidaire

Nous, syndicalistes, savons que nous devons prendre en main la lutte contre la pandémie et la façonner par une fermeture solidaire. Par conséquent, vous aussi pouvez vous joindre à l’appel suivant et en discuter dans votre entreprise ou votre syndicat ! Si vous voulez signer l’appel ou si l’ensemble de votre comité veut y adhérer, envoyez un courriel à zerocovid-gewerkschaft@immerda.ch en indiquant votre nom, votre lieu de résidence, éventuellement votre syndicat et votre fonction, ou le nom de votre groupe.

Appel syndical

Les mesures prises jusqu’à présent par les gouvernements pour contenir la pandémie ont échoué. La limitation des mesures prises jusqu’à présent à la sphère privée et au temps libre, alors que de larges pans de l’économie continuent de se dérouler sans entrave, coûte chaque jour des vies. En particulier, les travailleurs exerçant des activités commerciales, dans la logistique, les travailleurs de terrain, les travailleurs de l’industrie de la viande, etc. ont un risque accru de contracter le Covid-19. Ils vivent dans des logements trop à l’étroit, avec des salaires insuffisants.

En tant que syndicalistes, nous saluons donc l’initiative “#ZeroCovid : pour un arrêt européen solidaire” (https://zero-covid.org/language/fr/. Notre objectif commun est : non plus des infections ! Nous n’atteindrons cet objectif de vaincre le Corona que si nous travaillons ensemble dans les entreprises et les syndicats de tous les secteurs pour fermer temporairement tous les secteurs de l’économie qui ne servent pas des besoins fondamentaux de la société. Pour ce faire, les travailleurs doivent bénéficier d’un congé payé à plein temps.

Toutes les roues s’immobilisent – pour arrêter les infections sur le lieu de travail

Alors que pendant notre temps libre, les sorties et les contacts sont strictement limités, les enfants doivent étudier à la maison, les bibliothèques sont fermées ainsi que les restaurants, les pubs et les cinémas, les infections sur le site de travail – comme récemment dans les usines de viande allemandes, à Airbus ou dans le port de Hambourg – et en chemin sont ignorées ou acceptées.

Nous sommes toujours prêts à accepter des restrictions en privé afin de protéger la vie humaine. Toutefois, la protection de la santé et de la vie humaine ne doit pas s’arrêter à la porte de l’usine ou à l’entrée des bureaux. Nous avons besoin d’une pause solidaire ! Nous nous joignons donc à #ZeroCovid pour demander un bref arrêt des secteurs de l’économie qui ne servent pas des besoins fondamentaux de la société. Dans le même temps, des mesures strictes de santé et de sécurité au travail et leur contrôle sont nécessaires dans les zones qui doivent rester en activité pour maintenir l’infrastructure nécessaire, ainsi qu’un droit au bureau à domicile.

Une pause solidaire au lieu d’un confinement solitaire

Seuls ceux qui sont financièrement sûrs peuvent rester chez eux. La fermeture des lieux de travail doit donc se faire avec une indemnisation complète.

Jusqu’à présent, les personnes touchées ont été laissées seules pour faire face aux conséquences de la pandémie et aux mesures de lutte contre celle-ci. Les employés doivent eux-mêmes ou par l’intermédiaire de leur représentation syndicale mettre en œuvre la protection de la santé sur le lieu de travail pendant la pandémie ; pour les employeurs, de nombreuses mesures restent volontaires. Les parents doivent souvent organiser eux-mêmes la garde de leurs enfants et faire face à la double charge que représentent le travail à domicile et l’enseignement à domicile. Les aidants familiaux sont laissés à eux-mêmes. Les personnes qui appartiennent au groupe dit à risque ne reçoivent pas le soutien dont elles ont besoin. Ils ont été contraints de s’isoler pendant des mois et sont donc exclus de la vie sociale. Cela doit cesser ! Les conséquences de la pandémie et la lutte contre celle-ci sont une responsabilité sociale. Tous ceux qui sont particulièrement touchés par les effets d’une fermeture doivent également bénéficier d’un soutien particulier.

Des mesures sociales au lieu de milliards d’aide aux entreprises

La lutte contre la pandémie ne doit plus se faire sur le dos des salariés, des micro-entrepreneurs et des indépendants, des personnes socialement défavorisées et des bas salaires. Ce sont eux qui doivent non seulement supporter les risques sanitaires de la pandémie, mais aussi les coûts économiques de la crise, alors que des aides financières de plusieurs milliards sont mis en place pour les grandes entreprises. Les travailleurs en chômage partiel doivent se contenter de 60 ou 67 % de leur salaire, les stagiaires ne sont pas embauchés, les employés sous contrat à durée déterminée, les contrats de travail ou le travail temporaire sont jetés à la porte du jour au lendemain. De nombreux travailleurs indépendants solitaires ne reçoivent même pas d’aide d’urgence. Ils sont poussés dans l’aide sociale de base. D’autres sont obligés de prendre ses «vacances» pour lutter contre la pandémie.

En outre, il y a la restriction des droits fondamentaux des travailleurs, comme la suspension partielle de la loi sur le temps de travail et la protection du dimanche. Cela aussi doit prendre fin !

Au lieu de milliards pour les entreprises, il faut un volet social complet. Il s’agit notamment de porter l’allocation de chômage partiel à 100 %, d’introduire une allocation minimale de chômage partiel pour les salariés et les micro-entrepreneurs/solistes, d’augmenter sensiblement les prestations de l’État et d’étendre la protection contre le licenciement.

Nous n’accepterons pas les fermetures et les licenciements d’entreprises sans nous battre, même après la pandémie. En particulier, les entreprises qui ont bénéficié d’aides d’État pendant la pandémie ne doivent pas être autorisées à licencier des travailleurs !

En tant que syndicalistes, nous défendons inconditionnellement notre santé et nos emplois. En tant que travailleurs, nous sommes conscients de nos formes collectives de lutte. En tant que représentants des travailleurs dans les entreprises, nous avons également le pouvoir de mettre en œuvre la santé et la sécurité au travail dans les entreprises – si nécessaire, jusqu’aux fermetures temporaires !

Mettons fin aux profits au détriment de notre santé

Depuis des décennies, des plans d’austérité ont été réalisées et des privatisations ont eu lieu dans le secteur de la santé et des soins. La facture est maintenant payée par la société. D’autres institutions sociales dont on a un besoin urgent ont également été coupées à blanc pendant des décennies et font aujourd’hui cruellement défaut dans la crise. Cette évolution doit être inversée !

Que les gagnants de la crise paient !

Une pause solidaire ainsi mis en œuvre et le financement des institutions sociales coûteront très cher. Cependant, les sociétés européennes ont également accumulé d’énormes richesses avec lesquelles les mesures demandées peuvent être financées. Cette richesse est entre les mains de quelques personnes fortunées : alors que de nombreux salariés et indépendants solitaires risquent leur santé au travail ou craignent pour leur emploi et leur avenir, quelques personnes fortunées et de grandes entreprises ont réalisé d’énormes bénéfices pendant la crise. Il est temps qu’ils partagent les coûts de la crise en conséquence !

C’est pourquoi nous demandons l’introduction d’un prélèvement de solidarité COVID à l’échelle européenne sur les actifs élevés, les bénéfices des entreprises, les transactions financières et les revenus les plus élevés.

Soutenez ZeroCovid !

En tant que syndicalistes, nous nous joignons donc à l’appel de la campagne “ZeroCovid – pour une fermeture européenne solidaire” et demandons de le soutenir !

Pétition : https://weact.campact.de/petitions/zerocovid-fur-einen-solidarischen-europaischen-shutdown
E-Mail: zerocovid-gewerkschaft@immerda.ch

IG BAU Bezirksjugendvorstand Berlin

DGB Hochschulgruppe Frankfurt am Main

GEW Kreisverband Region Hannover

GEW München/Fachgruppe Sozialpädagogische Berufe

IG Metall Ortsjugendausschuss Mittelhessen

IG Metall Ortsjugendausschuss Frankfurt am Main

Allgemeines Syndikat Nürnberg der Freien ArbeiterInnen Union (FAU)

Alexander Gilly, Jugendbildungsreferent, Hannover

Anastasia Kudrina, Mitglied, ver.di, Frankfurt am Main

André Halfenberg, ehemaliger IGM/alternative-Betriebsrat, IG Metall, Stuttgart

Andrej Bill, Gewerkschaftssekretär, Bezirk NRW

Anja Buntrock, Mitglied im Landesvorstand, GEW Berlin

Anne Grunewald, Bildungsreferentin, Hannover

Aram Ali, Rechtsschutzsekretär, Hannover

Armin Duttine, Gewerkschaftssekretär, Berlin

Baran Kiraz, Gewerkschaftssekretär Fachbereich 7, ver.di, Stuttgart

Bärbel Lange, Mitglied, GEW Berlin

Beate Schwartau, HH Vorstand, ver.di LB, Hamburg

Bettina Rödig, Vorsitzende ver.di Jugend Bayern, München

Birgit Lossdörfer, MTA-F, Personalrätin, ver.di

Brigitte Sockel, Personalrätin Bezirksamt Mitte, ver.di, Berlin

Christa Hourani, GM-Delegierte Stuttgart, ehem. BR und VK-Leiterin Daimler Zentrale, aktiv in der VKG, IG Metall

Christiaan Boissevain, ehem. VK und BR in der Münchner Luftfahrtindustrie, Mitglied im Koordinierungskreis der Vernetzung für kämpferische Gewerkschaften, IG Metall, München

Christian Buck, Mitglied, GEW Baden-Württemberg, Aalen

Christoph Wälz, Mitglied im Landesvorstand, GEW Berlin

Daniel Shuminov, Mitglied, ver.di, Frankfurt am Main

Daniel Teune, aktiver Gewerkschafter, IG BAU, Hamburg

David Matrai, Gewerkschaftssekretär, ver.di, Hannover

David Schrittesser, GÖD, Wien

Dirk Schneider, Gewerkschaftssekretär, Bamberg

Dr. Michael Braedt, Bis zum Altersruhestand 2017 ver.di-Vertrauensmann im Nds. Umweltministerium, Langenhagen

Elisa Knitsch, Mitglied im Kreisjugendausschuss der DGB Jugend Südwestfalen und GEW-Vorstand Siegen, GEW & DGB

Enya Hauptmann, Vertrauensfrau der IG Metall und Jugendvertreterin in Mittelhessen

Eva-Maria Zimmermann, Gewerkschaftssekretärin, Köln

Fabian Dzewas-Rehm, Gewerkschaftssekretär, Gießen

Florian Habekost, Mitglied der Delegiertenversammlung Kiel/ NMS, IG Metall

Günther Klein,, ehem. Personalrat Uni Stuttgart, Vors. FB5 ver.di Stuttgart

Harald Haupt, Kreisvorsitzender, GEW Region Hannover

Helga Schmid, Ortsvorstand Fachbereich 8 – München, Münchner Gewerkschaftslinke/VKG, ver.di München

Helmut Wied, Betriebsrat und Vertrauensmann Norma Germany GmbH, IG Metall, Hanau

Jaana Hampel, Gewerkschaftssekretärin, Mittelfranken

Jan Laging, Gewerkschaftssekretär, Salzgitter

Joshua Seger, Trainee, IG Metall, Bad König

Kirsten Heining, Mitglied, ver.di, Bochum

Klaus-Peter Löwen, Mitglied der Delegiertenversammlung, ehem. Stv. GBR-Vorsitzender Alcatel-Lucent Deutschland AG, IG Metall, Stuttgart

Lena Fuhrmann, Betriebsratsmitglied Salzgitter Flachstahl, IG Metall

Linus Hluchy, JAV-Vorsitzender, ver.di, Erlangen

Mahmud Abu-Odeh, Mitglied, ver.di – Rhein-Neckar, Schriesheim

Malte Eckhardt, IG Metall Vertrauensmann, MAHLE MIG Stuttgart

Maren Kaminski, Gewerkschaftssekretärin, GEW Hannover

Markus Baumgartner, Gewerkschaftssekretär, IG BAU, Berlin

Markus Dahms, Ersatzmitglied Landesbezirksvorstand FB9, ver.di, Berlin-Brandenburg

Martina Hamich, Gewerkschaftssekretärin, Hannover

Matthias Fritz, Ehemaliger Betriebsrat und VK-Leiter, MAHLE Stuttgart, IG Metall, Berlin

Nico Limprecht, Gewerkschaftssekretär, Braunschweig

Nicolas Drexel, Jugendbildungsreferent, IG BAU, Berlin/Brandenburg

Nikos Papadopoulos, Vertrauensmann, Siemens Energy, IG Metall

Ole Fernholz, aktiver Gewerkschafter, ver.di, Hannover

Paul Lehmann, Gewerkschaftssekretär, Bamberg

René Müller, Vertrauenskörperleitung, Betriebsrat, Ortsvorstandsmitglied Mittelhessen, Tarifkommissionsmitglied, IG Metall

Sascha Gerlach, Gewerkschaftssekretär Mittelhessen

Sascha Rossmann, Gewerkschaftssekretär, Hannover

Sophia Bernatek, Mitglied der Verdi-Bezirksjugend Pfalz, ver.di

Stefan Dietl, Vorsitzender ver.di Oberpfalz, Sulzbach-Rosenberg

Stefan Jagel, Gewerkschaftssekretär, München

Tobias Salin, Vertrauensmann & Betriebsrat in Mittelhessen, Mitglied der Bezirksdelegiertenkonferenz Mitte, IG Metall

Tom Knedlhanz, Gewerkschaftssekretär, Gera

Ulli Schneeweiß, Gewerkschaftssekretär Mittelfranken

Uwe Pfeiffer, Vertrauensmann der IG Metall und Betriebsrat und Schwerbehindertenvertretung in Mittelhessen

Yannik Mallmann, Mitglied, IG Metall Heidelberg, Mannheim

Anne Karras, Gewerkschaftssekretärin, Regensburg

Georg Tiroch, GEW-KV Augsburg, ehem. Sprecher der Jungen GEW Bayern

Adrian Zimmermann, Historiker, Mitglied Vorstand IG Freischaffende von
Syndicom, Dozent Movendo

Barbara Müller, NGG, Eckernförde

Ingo Bruns, verdi, Hamburg

John Matthies, Jugendbildungsreferent, Halle

Per Losch, ehem. BR-Vorsitzender (IG Druck und Papier), danach GEW, Flensburg

Paul Stern, ehem. DGB-Kreisvorsitzender, Celle

Niki Müller, ehem. Vors. Jugendvertretung BASF Ludwigshafen, jetzt Verdi – Friedrichstadt

Johannes Schubert, Kassel, ver.di und 4-Stunden-Liga

Wolfgang Weber, ver.di, Vorsitzender des DGB-Kreisverbandes Karlsruhe-Land

Lars Frewert, IG-Metall Vertrauensmann und Mitglied der hessischen Tarifkommission für die Metall- und Elektroindustrie

Ulrich Franz, Wuppertal, ver.di

Hendrik Hallier Gewerkschaftssekretär NGG, Frankfurt am Main

Willi Eberle, Zürich, Gewerkschaft Unia, Mitglied BfS (Bewegung für den Sozialismus)

Slave Cubela, Gewerkschaftssekretär, Frankfurt am Main

Katarina Frankovic, Gewerkschaftssekretärin, Nürnberg

Marco Wackenreuter, Mitglied DGB Hochschulgruppe, Leipzig

Anne Fröhlich, verdi Südhessen

Vanessa Sander, ver.di, München

Helmut Bohn-Klein, ver.di, ehem.Betriebsrat und BG-Sprecher im Klinikum Neunkirchen

David Paenson, ver.di Frankfurt

Aller au contenu principal